Etude du module Yoland Bresson

Tue 09 January 2018

Une question me taraude : est-il possible de garantir une symétrie spatio-temporelle entre deux monnaies libres ? Cette question n'est pas simple à répondre, elle sera peut-être abordée dans le module Poincarré. Et pour pouvoir analyser ce module, il faut d'abord s'assurer d'avoir bien compris les modules précédents... Je m'attaque donc ici au module Yoland Bresson.

Yoland Bresson

Yoland Bresson

Certaines données n'étaient pas disponibles facilement sur les liens suggérés par le module. Je suis donc allé les récupérer par un autre moyen :

Partie 1 - Graphes longs termes de l'évolution relative des prix entre valeurs

Il est demandé dans cette première partie de réaliser les graphes relatifs de valeurs sur le long terme. Ceci sont réalisés ci-dessous. Les valeurs sont ajustées de manière à les faire démarrer au même point à la fin de l'année 1997.

Prix de l'argent relativement à d'autres valeurs

Prix de l'argent relativement à d'autres valeurs

Prix de l'or relativement à d'autres valeurs

Prix de l'or relativement à d'autres valeurs

Ci-dessous, le graphe relatif du ratio argent/or est présent. Ce graphe est particulier en ce qu'il pourrait constituer un révélateur de bulles du fait de la plus grande liquidité de l'argent face à l'or. J'ai beau avoir essayé de placer des crises monétaires face à des évènements de variation, je n'ai pas pu en être convaincu. Il faut cependant noter que le prix utilisé pour faire cette analyse est un prix moyen calculé sur les bourses mondiales. Les crises monétaires sont souvent locales, et ne concernent donc pas le monde entier. Il est probable que l'utilisation du prix moyen ne permette pas de débusquer correctement des tendances liées à des évènements locaux.

Ratio Argent/Or

Ratio Silver/Or

Vous trouverez par la suite les graphes inverses des graphes relatifs précédents.

Prix de l'argent relativement à d'autres valeurs

Prix des valeurs en argent (graphe inverse du prix de l'argent relativement à d'autres valeurs)

Prix de l'argent relativement à d'autres valeurs

Prix des valeurs en or (graphe inverse du prix de l'or relativement à d'autres valeurs)

Partie 2 - Evolution spatiale des prix

Les prix à Marseille n'étaient pas disponible de manière brut mais uniquement sur un référentiel "Base 100 Septembre 2010". Néanmoins, ce référentiel est suffisant pour étudier l'évolution relative des prix des valeurs.

Prix des m2 à Marseille relativement à l'argent et à l'or

Prix des m2 à Marseille relativement à l'argent et à l'or

Prix des m2 à Marseille relativement à M3

Prix des m2 à Marseille relativement à la masse monétaire €

Prix des m2 à Marseille relativement au RSA

Prix des m2 à Marseille relativement au RSA

Cette analyse permet de prendre en main l'aspect "spatial" d'un prix. Il existe différents prix, en fonction de l'espace humain. Il en est de même pour la bourse ! Par exemple, sur les marchés de cryptomonnaie, il existe des prix différents entre les pays. Certains pays sont tellement loin des autres pays que les plateformes d'observation des prix les retirent du calcul du prix moyen.

Partie 3 - Évolution spatio-temporelle des prix

Le module demande à réaliser un mini-film pour étudier l'évolution temporelle des prix. Dans un premier temps, j'ai utilisé des schéma en trois-dimensions pour représenter l'évolution des prix.

Prix spatio-temporelle du m2 neuf en France en €

Prix des m2 neufs en France relativement à 1 €

Prix spatio-temporelle du m2 neuf en France relativement au RSA

Prix des m2 neufs en France relativement au RSA

Prix spatio-temporelle du m2 neuf en France relativement à l'or

Prix des m2 neufs en France relativement à l'or

Que conclure de cette première analyse ?

Dans un second temps,gràce à l'outils ColorMap développé par cuckooland, j'ai pu réalisé les animations suivantes, concernant uniquement la zone francilienne :

Prix spatio-temporelle en zone Francilienne relativement à €

Prix des m2 en zone Francilienne relativement à 1 €

Prix spatio-temporelle en zone Francilienne relativement au RSA

Prix des m2 neufs en zone Francilienne relativement au RSA

Prix spatio-temporelle en zone Francilienne relativement à l'or

Prix des m2 neufs en zone Francilienne relativement à l'or

Que conclure de cette deuxième analyse ?

De manière générale, lorsque le prix relatif à l'€ monte, le prix relatif à l'or descend, et inversement. L'or est en quelque sorte en "concurrence" avec le batis en terme de réserve de valeur : lorsque le batis est peu cher en €, les investisseurs peuvent avoir tendance à y investir, faisant monter son prix en €, mais le faisant baisser relativement à l'or.

De manière générale, ces analyses montrent qu'un prix existe non seulement temporellement mais aussi spatialement. Lorsque l'on compare deux valeurs économiques dans l'espace spatio-temporel, il convient si possible de comparer les prix locaux, en des points donnés. On pourrait imaginer comparer ainsi le prix du m2 neuf relativement au prix local de la baguette pour chaque région. Je n'ai personellement pas trouvé les données, mais peut-être qu'un autre producteur du module saurait le faire !

Partie 4 - Comptabilité en partie-double

Le principe de la Comptabilité en partie double est qu'en face de tout crédit, il existe un débit. C'est à dire que la comptabilité est vue comme un flux : tout ce qui rentre vient de quelque part, tout ce qui sort va quelque part.

Ce principe permet de suivre des flux de ressources entre différents acteurs. Pour plus de détail, je vous renvoie à l'article de wikipedia qui est parfaitement clair.

L'implication de cette méthode est que pour toute entrée sur un compte, il existe une contre-partie. Ceci fonctionne très facilement en monnaie-dette : un crédit que vous fait la banque apparait pour elle comme un débit (vous lui devez une dette). Inversement, quand vous remboursez la banque, ceci apparait comme un débit chez vous, et comme un crédit pour elle.

Dans le cadre d'une monnaie-libre, le DU est créé sans contrepartie. Alors comment le comptabiliser en partie-double ?

Quelle est la nature du DU ? C'est une co-production monétaire. On peut imaginer en première analyse que le DU permet de révéler dans la comptabilité la co-production de valeurs.

Ainsi, prenons le cas d'un développeur de MS/Windows. Lorsqu'il produit le logiciel "Windows", le résultat est le suivant :

Comptabilité dans la production de MS/Windows

Pour un contributeur de GNU/Linux, il n'y a pas de contrepartie à sa production logicielle. Elle n'apparait donc pas dans la comptabilité. Avec le DU, il est possible de la faire apparaitre :

Comptabilité dans la production de GNU/Linux

On pourra ici noter qu'il n'y a personne en face du développeur ! En effet, tout ces éléments sont une co-production. La seule utilisation de ressource qui est faite est l'utilisation du temps et des connaissances en développement de celui qui produit le code. Cette production étant équilibrée par le DU.

En réalisant la comptabilité de cette production, nous nous situons ici comme observateur d'une production. Nous sommes capable de révéler la production de GNU/Linux grâce au DU. Cette valeur est relative : il est tout à fait probable qu'un autre observateur ne voit pas que le développeur réalise sur son temps libre une telle valeur ! Comment réaliser la comptabilité quand nous ne sommes pas capable de voir une valeur produite en contrepartie du DU ?

Il faut alors s'appuyer sur Ğ(x). Ğ(x) est par définition la valeur que l'observateur n'est pas capable de reconnaitre comme tel. Il peut même en être utilisateur, il n'est pas dans la capacité de prouver que Ğ(x) est une valeur ou une non-valeur.

L'association du DU et de Ğ(x) permet donc de révéler l'existence de la production de valeur inconnaissables. On peut soit même, dans notre comptabilité, utiliser Ğ(x) : nous ne sommes pas forcément conscient des valeurs que nous produisons !

Pour le producteur de GNU/Linux, on aurait alors pu observer sa comptabilité en partie-double comme suit :

Comptabilité dans la production de GNU/Linux

C'est à dire, qu'on reconnait sa production de code à hauteur de 800 unités, (en fonction des prix que l'on peut étudier dans notre environnement par exemple). Mais qu'il existe encore une équivalence à 200 unités de valeur Ğ(x) produite par ce développeur, que nous ne sommes pas capable de reconnaitre !

L'implication est nette : si la valeur relative du DU augmente, mais que dans la comptabilité, le nombre d'unités représentant Ğ(x) augmente aussi, c'est qu'il existe de plus en plus de valeurs qui ne sont pas observables comme telles par celui qui est en train de réaliser la mesure.

La production du DU, invariant commun, permet donc de révéler la production relative de chacun. Production que nous ne sommes pas capable d'observer, mais qui existe. Production qui peut, de part sa nature, être une non-production qui aurait une valeur révélée par la valeur d'échange du DU.

Comptabilité dans la production de GNU/Linux

Pour montrer cette comptabilité, nous établissons donc un graphique sur 160 ans de plusieurs générations d'individus. Nous simulons trois échanges en à t=23, t=32 et t=40, et nous obtenons les graphiques ci-dessous :

Echanges en quantitatif

Echanges en relatif

L'établissement de la comptabilité des échanges en partie-double nous permis de décrire une observation d'échanges entre I1 et I5 vu par I4, comme ci-dessous. Cette observation pouvant potentiellement être très différente du point de vue de I7.

Tableau de la comptaibilité entre I1 et I5

Conclusion

Ce module m'aura permis de mieux comprendre l'implication du DU en tant qu'invariant économique. Le potentiel de création de valeur qui pourrait rémunérer des créateurs qui n'ont aujourd'hui aucune reconnaissance monétaire est très important.

Le fichier est téléchargeable ci-dessous.

Télécharger Module Yoland Bresson par inso